plastiqueLa loi anti-gaspillage pour une économie circulaire prévoit la fin progressive de tous les emballages en plastique à usage unique d’ici à 2040. Cette mutation, amorcée en 2020 avec l’interdiction à la vente de la vaisselle jetable en lot (verres, gobelets, assiettes) et des cotons-tiges, se poursuit en 2021.

Avec le décret n° 2020-1828 du 31 décembre 2020, le Gouvernement précise certaines dispositions de la loi du 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, ce texte détaille notamment l’interdiction progressive de mise à disposition des produits en plastique à usage unique après écoulement des stocks et au plus tard le 1er juillet 2021.

Depuis le 1er janvier 2021, les pailles, couverts jetables, touillettes, couvercles des gobelets à emporter, boîtes en polystyrène expansé, piques à steak, tiges pour ballons, confettis en plastique et autres objets en plastique oxodégradable sont interdits.
Parallèlement, la loi prévoit le déploiement de dispositifs de vrac. Chaque consommateur peut, depuis le 1er janvier 2021, apporter un contenant réutilisable dans les commerces de vente au détail. Ce contenant devra être propre et adapté au produit acheté.

En 2022, ce sont les sachets de thé ou de tisane en plastique non biodégradables qui disparaitront de nos rayons. De même que les suremballages en plastique pour les fruits et légumes de moins de 1,5 kg. Autre changement : les publications de presse et les publicités seront expédiées sans emballage plastique.
La restauration rapide, aussi, va devoir s’adapter : à partir de 2022, la distribution de jeux en plastique sera interdite. Et, dès 2023, la restauration rapide aura pour obligation de remplacer la vaisselle jetable par de la vaisselle réutilisable pour les repas et boissons servis sur place.

Plus d’infos dans notre dossier : L’interdiction du plastique : une opportunité pour les artisans ?

Les artisans gourmands Nouvelle Aquitaine