L’interdiction du plastique : une opportunité pour les artisans ?

 

 

La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire prévoit la fin progressive de tous les emballages en plastique à usage unique d’ici à 2040. Cette mutation, amorcée en 2020 avec l’interdiction à la vente de la vaisselle jetable en lot (verres, gobelets, assiettes) et des cotons-tiges, se poursuit en 2021.
Dans le même temps, les Français sont de plus en plus soucieux de l’impact environnemental de leurs achats quotidiens.

Les entreprises artisanales doivent donc prendre en compte ces nouvelles obligations réglementaires et les nouvelles attentes environnementales des consommateurs. Cela représente également des opportunités de produire et vendre différemment !
Deux solutions s’offrent aux artisans :
– supprimer l’utilisation des emballages et produits jetables en s’inscrivant dans une démarche de réduction des déchets,
– utiliser des produits de substitution.

 

 

La réglementation

Depuis 2017 les sacs en plastique jetables sont interdits. La loi sur la transition énergétique et la croissance verte du 17 août 2015 a mis fin à la distribution, à titre onéreux ou gratuit, des sacs de caisse en plastique à usage unique destinés à l’emballage de marchandises dans les points de vente.

Le non-respect de cette interdiction, expose le contrevenant à des sanctions administratives et/ou pénales prévues par le Code de l’environnement, soit jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 100 000 € d’amende.

Depuis le 1er janvier 2020, il est interdit de vendre de la vaisselle jetable en lot (verres, gobelets, assiettes), des cotons-tiges en plastique et de fournir des bouteilles d’eau en plastique dans les cantines scolaires.

Depuis le 1er janvier 2021, les pailles, couverts jetables, touillettes, couvercles des gobelets à emporter, boîtes en polystyrène expansé, piques à steak, tiges pour ballons, confettis en plastique et autres objets en plastique oxodégradable sont interdits.
Il est également interdit de distribuer gratuitement des bouteilles en plastique dans les établissements recevant du public ou dans les locaux professionnels.
Parallèlement, la loi prévoit le déploiement de dispositifs de vrac. Chaque consommateur peut, depuis le 1er janvier 2021, apporter un contenant réutilisable dans les commerces de vente au détail. Ce contenant devra être propre et adapté au produit acheté.

En 2022, ce sont les sachets de thé ou de tisane en plastique non biodégradables qui disparaitront de nos rayons. De même que les suremballages en plastique pour les fruits et légumes de moins de 1,5 kg. Autre changement : les publications de presse et les publicités seront expédiées sans emballage plastique, il sera obligatoire d’avoir des fontaines à eau dans les établissements recevant du public.
La restauration rapide, aussi, va devoir s’adapter : à partir de 2022, la distribution de jeux en plastique sera interdite. Et, dès 2023, la restauration rapide aura pour obligation de remplacer la vaisselle jetable par de la vaisselle réutilisable pour les repas et boissons servis sur place.

Au 1er janvier 2020, ces produits doivent être remplacés par des solutions :
– bioplastiques biodégradables et compostables en compostage domestiques 50 % biosourcés ;
– plastiques réutilisables en d’autres matières que le plastique.

Quelles alternatives au plastique à usage unique ?

 

Des solutions existent, fabriquées à partir de matériaux recyclables, des algues ou encore des déchets agricoles :
• des sacs composés de matières végétales biodégradables ;
• des pailles en papier recyclé, bambou ou amidon végétal ;
• des couverts en bois ou en amidon ;
• des assiettes recyclables et jetables, à base de canne à sucre, palmier, bois, bambou ou carton ;
• des couvre-plats en lin pour remplacer le film plastique ;
• des emballages à la cire d’abeille ;
• des contenants à base d’algues ;
• des barquettes alimentaires et couvercles en cellulose moulée…

De nombreux fournisseurs développent des gammes de produits de substitution écoresponsables : en carton, en bois (bouleau, bambou, hêtre), palmier et bagasse…
Par exemple, des créateurs et fabricants de solutions packaging lancent des pailles 100 % naturelles, biodégradables et compostables. Fabriquées avec des matériaux biosourcés et renouvelables comme le papier et le roseau. D’autres ont mis en place des sacs en biomatériau qui se dégradent complétement dans un composteur à domicile.

Le prix reste encore un peu élevé car les matières premières sont relativement rares. Cela risque d’évoluer dans les années à venir avec le développement de ce marché en France et en Europe.
Si aujourd’hui ces nouveaux matériaux séduisent encore peu les artisans, c’est essentiellement pour une question de prix et d’habitude d’utilisation. Ils estiment qu’il est difficile de trouver des produits de remplacement au sac plastique, aux qualités équivalentes : résistance, contenance, imperméabilité.

Des labels pour les bio-plastiques

Il n’est pas évident de s’y retrouver et de distinguer les produits répondant à la future législation. Les industriels et organismes du bio-plastique ont créé des labels dans cette optique :
label OK compost : certifie la conformité des bioplastiques à la norme européenne EN 13432 qui atteste de la biodégradabilité des produits de 90 % en 6 mois dans des conditions de compostage industriel.
labels « seedling » compostable et « DIN-Geprüft Industrial Compostable : présents sur certains produits en bioplastiques. Ils sont équivalents au label OK compost et certifient la conformité des bioplastiques à la norme européenne EN13432 qui atteste de la biodégradabilité des produits à 90 % en 6 mois dans des conditions de compostage industriel.
label OK compost Home : il identifie les bioplastiques compostables dans des conditions de compostage à la maison. Les matières qui se décomposent dans les installations de compostage industrielles où il règne une température constante d’environ 60°C ne se décomposent pas forcement dans le compost maison.
label OK Biobased : il certifie la teneur en carbone biosourcé des matériaux et produits en bioplastique. Cette certification s’appuie sur la méthode C14 qui mesure la teneur en carbone d’origine biologique comme un pourcentage du carbone total contenu dans le produit ou le matériau. Cette méthode est décrite par les normes internationales CEN / TS 16137 et ASTM 6866.

Plus d’infos sur Club bio-plastiques

L’emballage eco-responsable : un bon moyen de différenciation et de satisfaction des clients

Plus qu’une obligation légale, proposer des produits alternatifs aux sacs et à la vaisselle en plastique est un moyen de répondre aux nouvelles attentes des clients et de s’inscrire dans une nouvelle tendance de consommation.
L’utilisation de produits eco-responsables correspond à une attente des consommateurs et de certains artisans.

L’avenir de la planète inquiète les Français : en 2019, 60% d’entre eux pensent qu’il est urgent d’agir pour l’avenir de la planète. La question des déchets et du plastique figure dans le Top 3 des sujets les plus importants à traiter concernant l’avenir de la planète.
67 % déclarent avoir changé certaines de leurs pratiques au quotidien pour réduire l’impact de leur consommation et 13 % déclarent faire tout leur possible pour réduire l’impact de leur consommation. Cela passe notamment par un engouement croissant pour les produits « durables » : bios, locaux, naturels, sans parabène ou conservateur…
De plus, les entreprises sont attendues au tournant. Pour 63 % des Français, le fait qu’une entreprise propose des produits durables renforce leur confiance en elle.

Et les emballages comestibles ?

Difficile de faire plus écologique que des emballages qui se mangent ! Il existe déjà beaucoup de solutions exploitables en snacking : baquettes, gobelets, pailles, sachets, films…
Les innovations, portées souvent par des startups, exploitent une grande diversité de matériaux organiques : verres en agar-agar, sachets scellables à base d’algues, tasses à café en biscuit cookie, couverts à base de céréales, boules recouvertes d’une peau d’alginate ou de chitosan, bulles constituées d’une membrane végétale, barquettes à base d’épluchures de pommes de terre…
Les solutions prêtes-à-l’emploi sont de plus en plus nombreuses.

Le faire maison est aussi une solution pour l’artisan. Il est possible de proposer une assiette de crudités ou une salade de fruits dans une barquette conçue à partir d’ingrédients céréaliers. Au rayon glaces, le célèbre biscuit à cornet peut être détourné pour réaliser des pots ou des coupes aux formats plus audacieux. Le chocolat, le caramel ou la nougatine sont aussi des matériaux faciles à travailler et largement exploités en pâtisserie (mignardises, bouchées). Qu’elles soient souples (type tortilla, galette de sarrasin, crêpe au froment…) ou rigides (type biscuit, pâte sablée, feuille de riz…), les différentes pâtes farineuses utilisées en snacking peuvent aisément être mises en forme en utilisant un moule ou une forme innovante pour concevoir une vaisselle originale (verre, coupe, assiette, cylindre…).
Même si le conditionnement comestible n’est au fond pas nouveau (qui ne connaît pas les
nems ou les samossas ?), celui-ci aura le mérite d’interroger, de séduire ou de communiquer sur l’entreprise artisanale !

Fausse bonne idée ?

La principale difficulté de ces innovations tient à l’hygiène. Un emballage ne sert pas seulement à contenir un produit, mais aussi à le protéger des micro-organismes et des saletés en tous genres. Sur le plan réglementaire, le matériau comestible est considéré comme un aliment (dès lors qu’il se mange), il est donc nécessaire d’y ajouter un autre emballage (plastique et/ou carton) pour le préserver !
Les packagings comestibles n’ont donc pas vraiment vocation à remplacer les emballages traditionnels, mais à offrir une alternative naturelle pour contenir les aliments. Outre le fait qu’ils soient hyper compostables et qu’ils permettent de sensibiliser les mentalités sur ce défi, leur intérêt est avant tout d’ordre marketing. Ils donnent une image positive et dynamique à votre offre à l’heure où le développement durable devient un atout majeur pour se démarquer.
En savoir plus sur latoque.fr

Des démarches de réduction des déchets

Les entreprises artisanales de l’alimentaire s’engagent dans la lutte contre la réduction des déchets. Preuve en est, la multiplication des initiatives mises en place par les artisans ou les collectivités pour réduire les emballages à usage unique et favoriser les emballages eco-responsables.

Carte anti-emballage chez un boulanger à Angoulême (16). La boulangerie Saint-Michel propose à ses clients de se passer d’emballage papier ou carton pour leur pain et leurs pâtisseries, et met en place une carte à points pour les encourager dans cette démarche.
En savoir plus : Charente Libre (Toutes) 12/10/19

Carte « Zéro Déchet » dans une boulangerie de Granville (50). La boulangère, Lucille Jabier s’est inspirée d’une initiative belge pour mettre en place sa carte de fidélité « zéro déchet ». Un passage en caisse avec un emballage recyclé vaut un tampon. Au bout de sept, la boulangerie offre un café, un croissant ou une baguette de tradition. Au 21éme, le consommateur repart avec la pâtisserie individuelle de son choix, ou gagne une réduction de 15 % sur un entremet pour huit.
En savoir plus : latoque.fr – 02/10/19

Des artisans de l’alimentaire de la Vienne s’engage dans cette démarche “ Mon commerçant m’emballe durablement ”. Cette démarche lancée en Vienne par Le Simer (Syndicat Interdépartemental Mixte pour l’Equipement Rural), associé à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat (CMA) et la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) de la Vienne, dans le but de promouvoir la vente et l’achat en vrac et ainsi limiter les emballages à usage unique.
En savoir plus : La Nouvelle République 21/09/19

Courses Zéro Déchet à Brive (19). Dans le cadre de la démarche de la réduction des déchets à la source, l’Agglo de Brive s’associe à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Corrèze et l’association Zéro Déchet Brive, pour inciter les habitants à faire leurs courses en mode zéro déchet. Les commerçants et artisans de l’Agglo de Brive participant à l’opération « Courses Zéro Déchet » acceptent dans leur commerce les contenants propres et réutilisables de leurs clients. Un autocollant mettant en valeur leur engagement dans la démarche est apposé sur leur vitrine.
En savoir plus : agglobrive.fr – oct 2019

Pour en savoir plus :

De nouveaux produits en plastique interdits à partir de 2020
Les Nouvelles de la Boulangerie Pâtisserie n°986 – 15/09/19

Baromètre 2019 de la consommation responsable
Greenflex – Ademe – 19/09/19

Cotons-tiges, gobelets, touillettes… : les objets jetables en plastiques interdits
economie.gouv.fr – 09/08/19

Snacking et plats à emporter : place à la vaisselle et aux emballages biosourcés et biodégradables !
Avisé – 18/07/19

Emballages comestibles : une tendance à envisager ?
latoque.fr – 31/05/19

Tous les dossiers techniques « Commercialisation »

Vers une alimentation plus responsable

Vers une alimentation plus responsable

Les métiers de bouche et la tendance du végétal

Les métiers de bouche et la tendance du végétal

Le marché bio dynamique en 2020 malgré la crise

Le marché bio dynamique en 2020 malgré la crise

Top 5 des dossiers les plus lus en 2021

Top 5 des dossiers les plus lus en 2021

Les français et le pain en 2021

Les français et le pain en 2021

L’envie de bio et de local se confirme pour 2021

L’envie de bio et de local se confirme pour 2021

Artisans de l’alimentaire : comment vendre en ligne ?

Artisans de l’alimentaire : comment vendre en ligne ?

Quelles sont les pistes d’évolution de la consommation alimentaire post-covid ?

Quelles sont les pistes d’évolution de la consommation alimentaire post-covid ?

Les distributeurs automatiques : un nouvel outil de vente pour les artisans ?

Les distributeurs automatiques : un nouvel outil de vente pour les artisans ?

Un nouveau cahier des charges pour simplifier la certification biologique pour les restaurateurs

Un nouveau cahier des charges pour simplifier la certification biologique pour les restaurateurs

Les français et les pains du monde

Les français et les pains du monde

Le marché du bio en 2019

Le marché du bio en 2019

L’essor du local : de nouvelles opportunités pour les commerces de proximité

L’essor du local : de nouvelles opportunités pour les commerces de proximité

Top 5 des dossiers les plus lus

Top 5 des dossiers les plus lus

La crise du Covid-19 : de nouveaux comportements alimentaires ?

La crise du Covid-19 : de nouveaux comportements alimentaires ?

Covid 19 : comment les artisans de l’alimentaire réagissent en Nouvelle-Aquitaine ?

Covid 19 : comment les artisans de l’alimentaire réagissent en Nouvelle-Aquitaine ?

Les français et le bio en 2020

Les français et le bio en 2020

Les crémiers-fromagers promis à un bel avenir !

Les crémiers-fromagers promis à un bel avenir !

La boulangerie en profonde mutation

La boulangerie en profonde mutation

Les chiffres clés de la boulangerie-pâtisserie en 2019

Les chiffres clés de la boulangerie-pâtisserie en 2019

La livraison à domicile : une véritable tendance de fond

La livraison à domicile : une véritable tendance de fond

L’interdiction du plastique : une opportunité pour les artisans ?

L’interdiction du plastique : une opportunité pour les artisans ?

La poissonnerie artisanale et sa clientèle

La poissonnerie artisanale et sa clientèle

Les boulangeries artisanales face à une concurrence féroce

Les boulangeries artisanales face à une concurrence féroce

Le secteur de la pâtisserie se porte bien

Le secteur de la pâtisserie se porte bien

Aliments fermentés : la tendance de demain

Aliments fermentés : la tendance de demain

Le croissant : la viennoiserie préférée des Français

Le croissant : la viennoiserie préférée des Français

Tout savoir sur le bio : de la fabrication à la commercialisation

Tout savoir sur le bio : de la fabrication à la commercialisation

L’ascension du marché du snacking !

L’ascension du marché du snacking !

Les chiffres des entreprises alimentaires de proximité

Les chiffres des entreprises alimentaires de proximité

Cash back : retirer de l’argent chez un artisan commerçant est désormais possible !

Cash back : retirer de l’argent chez un artisan commerçant est désormais possible !

Les commerces alimentaires de proximité bénéficient d’une très bonne image auprès des Français

Les commerces alimentaires de proximité bénéficient d’une très bonne image auprès des Français

Le marché du bio en 2018

Le marché du bio en 2018

La craftérisation : le retour aux valeurs de l’artisanat

La craftérisation : le retour aux valeurs de l’artisanat

Click and collect une opportunité pour allier commerce en ligne et commerce de proximité

Click and collect une opportunité pour allier commerce en ligne et commerce de proximité

Les tendances alimentaires 2018

Les tendances alimentaires 2018

Les nouveautés vues au SIAL 2018

Les nouveautés vues au SIAL 2018

Les réseaux sociaux : pourquoi et comment les utiliser?

Les réseaux sociaux : pourquoi et comment les utiliser?

Les français fous de pâtisserie

Les français fous de pâtisserie

La charcuterie artisanale : état des lieux et opportunités

La charcuterie artisanale : état des lieux et opportunités

Entreprises du Patrimoine Vivant : l’excellence des savoir-faire français !

Entreprises du Patrimoine Vivant : l’excellence des savoir-faire français !

Snacking : le nouvel eldorado des artisans métiers de bouche !

Snacking : le nouvel eldorado des artisans métiers de bouche !

Le marché du fromage : les crémiers-fromagers et les nouvelles tendances

Le marché du fromage : les crémiers-fromagers et les nouvelles tendances

Flexitarisme et retour au naturel, comment les artisans peuvent tirer profit de ce phénomène?

Flexitarisme et retour au naturel, comment les artisans peuvent tirer profit de ce phénomène?

Le marché de la bière artisanale en plein essor

Le marché de la bière artisanale en plein essor

Etude sur le marché du pain

Etude sur le marché du pain

Quelles évolutions dans l’assiette des français ?

Quelles évolutions dans l’assiette des français ?

Les techniques pour mieux vendre

Les techniques pour mieux vendre

La place de la viande dans l’alimentation française

La place de la viande dans l’alimentation française

Les tendances alimentaires de demain : des opportunités pour l’artisanat !

Les tendances alimentaires de demain : des opportunités pour l’artisanat !

Les artisans gourmands Nouvelle Aquitaine