Quelle est la place de la viande dans l’alimentation française ?

Dans l’alimentation française, la viande a une image particulièrement ambivalente. La viande continue pour beaucoup d’être, d’un côté, un aliment de choix et une composante majeure du repas, associée au plaisir et à la convivialité. Elle est aussi considérée, d’un point de vue nutritionnel, pour ses apports en plusieurs nutriments d’intérêt, utile à la couverture des besoins.
Mais d’un autre côté, sa consommation est associée à l’augmentation des risques de certaines maladies chroniques et se voit donc déconseillée à des niveaux élevés. Sa production dans le cadre de l’élevage est aussi régulièrement présentée en termes négatifs quant à ses impacts sur le climat et l’environnement, tout en faisant l’impasse sur ses contributions positives.
De plus, les questions relatives à la protection ou au bien-être des animaux font fréquemment la une des médias.

Mais quelle est réellement la place de la viande et des produits carnés au sein de l’alimentation des français ?

La consommation de viande en France

Plus de 99 % des français enquêtés consomment des produits carnés.
Selon les sondages, seulement 4 à 5 % des français se déclarent végétariens.

La consommation moyenne de produits carnés dans leur ensemble est en très légère baisse chez les adultes puisqu’elle est passée de 153 g/j en 2007 à 145 g/j en 2013. Elle est stable chez les enfants et adolescents (113-114 g/j).
On constate un développement des produits « prêts à manger » et une diminution des viandes brutes ou peu transformées, de même que de l’ensemble des produits frais.

Les produits carnés consommés :
les viandes de boucherie (agneau, bœuf, veau, porc, viande chevaline), c’est-à-dire les viandes hors volaille: consommées 3 fois par semaine en moyenne, elles représentent 36% des consommations de produits carnés des adultes ;
les volailles : 2 fois par semaine ; 25 % des produits carnés ;
les charcuteries : 3 fois par semaine ; 21 % des produits carnés ;
les produits carnés « ingrédients » c’est-à-dire l’estimation des petites quantités de viande ou de charcuterie intégrées dans les plats composés, les pizzas et autres sandwichs : 3 fois par semaine ; 16 % des produits carnés ;
les produits tripiers (2 %) et le gibier (0,2 %) : peu consommés.

Les consommations moyennes varient selon :
le sexe : les hommes consomment en moyenne 1,3 fois plus de produits carnés et 1,4 fois plus de viande de boucherie que les femmes ;
l’âge : chez les enfants entre 3 et 15 ans puis chez les seniors après 65 ans la consommation de produits carnés diminue sensiblement ce qui va à l’encontre des recommandations nutritionnelles en termes d’apports protéiques notamment ;
les catégories socio-professionnelles : les ouvriers présentent la consommation moyenne de produits carnés la plus élevée (159 g/j) et les cadres la plus basse (134 g/j). Ces différences s’observent aussi pour les viandes de boucherie (58 g/j vs 50 g/j). Toutefois ces différences s’atténuent puisqu’entre 2010 et 2013, c’est chez les ouvriers et les professions intermédiaires que la consommation de produits carnés diminue le plus (respectivement – 16 % et – 10 %) alors qu’elle se stabilise chez les cadres et les employés.

Les lieux et occasions de consommation :
• la propension à manger de la viande au déjeuner reste fortement ancrée en France : près des deux tiers des viandes de boucherie, produits tripiers, volailles et gibier sont consommés le midi ;
• les consommations journalières de produits carnés sont plus importantes le week-end que durant la semaine ;
le domicile reste le principal lieu de consommation de chacune des grandes catégories de produits carnés : plus de trois quarts des quantités pour les adultes et plus de deux tiers pour les enfants. Néanmoins, les consommations de viandes de boucherie tendent aussi à diminuer au domicile, sans compensation par les autres lieux.

L’intérêt des français pour la viande bio se confirme

Comme pour de nombreux produits, on apprécie de plus en plus la viande dans sa version bio. Elle semble répondre à leurs aspirations, s’inscrivant dans la tendance d’une consommation plus responsable et du « manger moins, mais mieux ».
7 français sur 10 consomment de la viande bio et en ont une image particulièrement positive.

Pour 79 % des sondés, la viande bio est issue d’élevages respectueux du bien-être animal. Par ailleurs, plus des ¾ (77 %) l’estiment bénéfique pour la santé comme pour l’environnement. Enfin, en acheter contribue également à mieux rémunérer les producteurs selon 7 sondés sur 10 et ils sont mêmes plus de 6 sur 10 (62 %) à y voir un acte citoyen.

Sur ces 71 % de personnes convaincues par la viande bio, 2 % ne mangent que de la viande bio, 48 % en consomment plus rarement tandis que 21 % en achètent dès qu’ils en trouvent.
Les plus grands fans de la viande bio sont pour les 3/4 les 35 ans et plus (73 %), ainsi que les habitants de la région parisienne (78 %).

La boucherie artisanale est déclarée comme le point de vente privilégié (76 %).
Même s’il reste un frein pour certains, notamment les moins de 35 ans, le prix plus élevé est perçu comme légitime par 6 personnes sur 10.
70 % n’envisagent pas de changer leurs habitudes dans ce domaine (chiffre en hausse par rapport à 2016). Ils constituent ainsi une base de consommateurs fidèles à la viande bio, qui se renforce année après année.

consommation de viande

Importance de la filière viande en Nouvelle-Aquitaine

Avec près de 50 000 emplois directs, la filière viande occupe une place de choix en Nouvelle-Aquitaine.
En amont (côté producteurs), elle représente 32 000 emplois dans les exploitations agricoles. Entre élevage de bovins viande (notamment races Limousine et Blonde d’Aquitaine), canards gras et poulets de chair, la production agricole se distingue par sa diversité et sa qualité.
L’aval de la filière viande (abattage, transformation, commerce intra-filière et intrants agricoles et agroalimentaire) emploie 17 400 salariés (hors commerce de détail).

La moitié des emplois de la Nouvelle-Aquitaine liés à la viande est concentrée dans les départements de l’ex-Limousin (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne) et dans les Pyrénées-Atlantiques.
L’élevage bovin représente plus de la moitié des emplois liés à la viande (soit plus de 13.800 exploitations et plus de 16.400 emplois). Avec 900.000 vaches, la grande région représente 22 % du cheptel français. Outre le Limousin, les Deux-Sèvres et les Pyrénées-Atlantiques affichent un important cheptel bovin.

Une viande de qualité

Les élevages de la Nouvelle-Aquitaine se positionnent sur le haut de gamme avec des productions Label rouge reconnues : veau fermier élevé sous la mère, Limousin Blason prestige, Blonde d’Aquitaine de nos prés et de nos villages, Bœuf de Bazas, Viande bovine de race Parthenaise, etc.
22 % de la production française de viande de mouton provient de Nouvelle-Aquitaine, principalement du nord de la région. Le Poitou-Charentes et l’ex-Limousin, notamment le nord de la Haute-Vienne réunissent de nombreux petits élevages dont plus de la moitié affiche un signe officiel de qualité : agneau du Limousin, du Périgord, du Poitou-Charentes, du Quercy, etc.

La production de porcs reste marginale cependant, là encore, la région joue la carte de la qualité. Avec près de 60 % des animaux élevés selon un cahier des charges d’IGP (Indication Géographique Protégée) ou AOP (Appellation d’Origine Protégée) : Jambon de Bayonne, Porc du sud-Ouest…
La valeur économique de l’élevage porcin néo-aquitain est équivalente à celle de la production ovine.

8 000 emplois dans le commerce de détail de viande

Le commerce de détail compte 5 800 salariés en lien direct avec la viande, dont 3 700 bouchers et 650 charcutiers. Ces salariés se partagent entre le commerce traditionnel (boucheries et charcuteries) pour 2 500 d’entre eux et la grande distribution pour 3 300 d’entre eux. S’y ajoutent des artisans non-salariés : 1 700 bouchers et 600 charcutiers.
Au total, le commerce de détail lié à la viande offre près de 8 000 emplois en 2013 en Nouvelle-Aquitaine.

Pour en savoir plus :

Les français et la consommation de viande bio
Communiqué de presse – avril 2017 – Interbev / IFOP

La filière viande en Nouvelle-Aquitaine : qualité et diversité
Insee Analyses Nouvelle-Aquitaine n°38 – 13/01/17

La consommation de viande en France
CIV – mai 2017

Tous les dossiers techniques “Commercialisation”

Les techniques pour mieux vendre

Les techniques pour mieux vendre

Pour vendre plus en magasin, utiliser les techniques du merchandising !

Pour vendre plus et mieux en magasin, des techniques existent : il s’agit du merchandising. Ces techniques sont très utilisées par la grande distribution mais souvent négligées par les commerces de proximité alors qu’elles permettent, pourtant, de mettre en avant certains produits et de doper les ventes !
Voir ce dossier

La place de la viande dans l’alimentation française

La place de la viande dans l’alimentation française

Dans l’alimentation française, la viande a une image très ambivalente

Dans l’alimentation française actuelle, la viande a une image particulièrement ambivalente. Quelle est la consommation de viande en France ? Pourquoi la viande bio est-elle de plus en plus plébiscitée ? Et quelle est l'importance de la filière viande en Nouvelle-Aquitaine ?
Voir ce dossier

Les tendances alimentaires de demain : des opportunités pour l’artisanat !

Les tendances alimentaires de demain : des opportunités pour l’artisanat !

Artisans, adaptez votre offre pour répondre aux tendances de demain !

Artisans, découvrez les 16 tendances alimentaires pour 2025 et les opportunités qu’elles présentent pour vous. Adaptez ainsi votre offre de produits et de services pour répondre aux tendances de demain !
Voir ce dossier

Le marché du sandwich et du burger en 2016

Le marché du sandwich et du burger en 2016

Le marché du snacking continue de bénéficier d’un vent porteur en 2016

Le snacking, ou consommation nomade, continue de bénéficier d’un vent porteur en 2016. Le marché du sandwich et celui du burger s'offrent une nouvelle année de croissance. Zoom sur les tendances de la restauration rapide.
Voir ce dossier

Le marché du bio en pleine croissance en 2016

Le marché du bio en pleine croissance en 2016

Le succès du bio s’envole. Le marché a fait un bond de 20 % en 2016.

Le succès du bio s’envole. Le marché a fait un bond de 20 % en 2016. Désormais, le Bio est bien ancré dans le quotidien des français et les derniers chiffres enregistrés par l’Observatoire de l’Agence BIO dépassent toutes les prévisions établies.
Voir ce dossier

Les commerces de proximité face à la révolution numérique

Les commerces de proximité face à la révolution numérique

Comment le commerce local peut-il s’adapter au consommateur connecté ?

En parallèle de l'attrait pour le commerce numérique, les Français sont de plus en plus attirés par le commerce local dont les caractéristiques sont pourtant à l’opposé du monde numérique : proximité, humanité et instantanéité. Comment le commerce local peut-il s’adapter à ce consommateur connecté tout en gardant ses spécificités ?
Voir ce dossier

L’apéritif : un marché à conquérir

L’apéritif : un marché à conquérir

Le marché des produits apéritifs est en pleine expansion

Le marché des produits apéritifs, en pleine croissance, représente une véritable opportunité pour les artisans de l’alimentaire.
Voir ce dossier

Le repas des fêtes de fin d’année : tout savoir !

Le repas des fêtes de fin d’année : tout savoir !

Mieux comprendre les préparatifs et comportements pour les repas de fêtes

Une étude a été réalisée afin de mieux comprendre les préparatifs et les comportements des consommateurs autour du repas des fêtes de fin d’année.
Voir ce dossier

Ne passez pas à côté du M-commerce !

Ne passez pas à côté du M-commerce !

Vous connaissiez le E-commerce, désormais il faut penser M-commerce !

Vous connaissiez le E-commerce, désormais il faut penser M-commerce ! Le mobile est devenu indispensable et est désormais un canal de vente à part entière. Il constitue une véritable opportunité de développement !
Voir ce dossier

Les tendances alimentaires en 2016

Les tendances alimentaires en 2016

Les tendances alimentaires de 2016 autour de 4 grands axes

Les tendances alimentaires de 2016 autour de 4 grands axes et 13 sous-tendances illustrées par une sélection des innovations présentées au SIAL Paris 2016.
Voir ce dossier

Engouement pour le Cake Design !

Engouement pour le Cake Design !

La tendance est au gâteau avec une décoration poussée à l’extrême

Le cake design ou pâtisserie créative connait un succès grandissant en France et s’impose de plus en plus pour célébrer un évènement. La tendance est au gâteau avec une décoration poussée à l’extrême, qui ne ressemble à aucun autre. La personnalisation est le maître mot. Le cake design est en cours de devenir LA norme en matière de pâtisserie !
Voir ce dossier

Les artisans des métiers de bouche et les produits “sans”

Les artisans des métiers de bouche et les produits “sans”

Pour satisfaire les consommateurs, les artisans font évoluer leurs produits

Les artisans des métiers de bouche s’adaptent aux nouvelles tendances de consommation et aux allergies alimentaires en proposant des produits « sans » : sans gluten, sans colorants, sans additifs, avec moins de sucres, moins de sel, moins de matières grasses…
Voir ce dossier

Du gaspillage alimentaire à tous les étages !

Du gaspillage alimentaire à tous les étages !

Etat des lieux des pertes et gaspillages alimentaires en France

Au total, ce sont 10 millions de tonnes de produits qui sont perdus et gaspillés pour l’alimentation humaine par an en France soit 16 milliards d’euros ! Etat des lieux des pertes et gaspillages alimentaires à chaque étape de la chaîne alimentaire.
Voir ce dossier

Les crémiers-fromagers : mieux les connaitre !

Les crémiers-fromagers : mieux les connaitre !

Zoom sur ce métier qui bénéficie depuis peu du statut d'artisan.

Les français et le pain

Les français et le pain

Un amour du pain toujours intact, mais de nouvelles exigences ...

La société change, le profil des consommateurs évolue et avec eux la manière de manger du pain. L'étude "Les Français et le pain" souligne la nécessaire adaptation des professionnels de la boulangerie aux attentes des consommateurs. Face à la multiplication des acteurs sur le marché de la boulangerie, l’artisan boulanger doit savoir entendre les messages du terrain et adapter son offre aux usages, lieux et attentes des français d’aujourd’hui.
Voir ce dossier

Le financement participatif (crowdfunding) : comment ça marche?

Le financement participatif (crowdfunding) : comment ça marche?

Le financement participatif : comment ça marche ?

Tout le monde en parle, mais comment ça marche ? Le financement participatif (ou crowdfunding = financement par la foule), est un mécanisme de financement qui permet de récolter des fonds auprès du grand public en vue de financer un projet. Comment se lancer dans le crowdfunding ? Des artisans des métiers de bouche de la région se sont déjà lancés dans l'aventure !
Voir ce dossier

Snacking: quelles opportunités pour les boulangeries-pâtisseries?

Snacking: quelles opportunités pour les boulangeries-pâtisseries?

Le développement du snacking représente une opportunité pour la boulangerie

Le développement du snacking représente une opportunité pour la boulangerie-pâtisserie à condition de développer une offre adaptée.
Voir ce dossier

50 ans de consommation alimentaire des Français

50 ans de consommation alimentaire des Français

En 50 ans, la consommation alimentaire a subi de nombreux bouleversements.

En cinquante ans, la consommation alimentaire des Français a subi de nombreux bouleversements. Une étude de l’INSEE revient sur cinquante ans de consommation alimentaire en France et observe des changements dans les pratiques alimentaires et la composition du panier alimentaire.
Voir ce dossier

Faites de l’économie collaborative une opportunité pour votre entreprise!

Faites de l’économie collaborative une opportunité pour votre entreprise!

Comment anticiper le développement de la consommation collaborative ?

Partage, échange, troc, achat groupé, location entre particuliers… on assiste à un véritable engouement pour de nouveaux modèles de consommation reposant sur l’accès à des biens et des services, plutôt que sur leur acquisition et sur la réduction des intermédiaires entre producteur et consommateur. Bien plus qu’un phénomène de mode, la consommation collaborative ou économie du partage est une tendance durable appelée à s’imposer et qui bouscule les acteurs traditionnels
Voir ce dossier

Impression 3D : futur de l’alimentation ?

Impression 3D : futur de l’alimentation ?

Les prouesses de l’impression 3D séduisent l'alimentaire.

Les prouesses de l’impression 3D ne cessent de séduire l’industrie et l’agroalimentaire ne fait pas exception. L'impression culinaire ou alimentaire, qui semble souvent sortie tout droit d'un film de science-fiction, fait beaucoup parler. L’étendue des possibles est hallucinante!
Voir ce dossier

Je réponds à une commande publique

Je réponds à une commande publique

Exemple en boulangerie avec un mémento rédigé par l'INBP

Le paiement sans contact

Le paiement sans contact

Une évolution forte pour les commerces de proximité

Le Foodpairing: la créativité pour de nouvelles recettes!

Le Foodpairing: la créativité pour de nouvelles recettes!

Innovez grâce à cette technique d'association de goûts !

Les food trucks ou commerces itinérants

Les food trucks ou commerces itinérants

Les camions ambulants, inspiré des « food trucks » américains, débarquent!

Hausse de la TVA depuis le 1er janvier 2014

Hausse de la TVA depuis le 1er janvier 2014

Quels taux de TVA appliquer à mes produits?

Un guide pour les livraisons de repas à domicile chez les personnes âgées

Un guide pour les livraisons de repas à domicile chez les personnes âgées

Devenez un acteur majeur de ce marché !

Réduction du gaspillage alimentaire

Réduction du gaspillage alimentaire

Un véritable enjeu de société

Le magasin connecté : de nouvelles opportunités !

Le magasin connecté : de nouvelles opportunités !

Suivez le mouvement !

Logo Header Menu