Analyses microbiologiques et durée de vie des produits alimentaires

D’un point de vue réglementaire, l’exploitant est dans l’obligation de réaliser des analyses microbiologiques et de respecter les critères microbiologiques définis par les textes.

L’analyse microbiologique permet de mettre en évidence les bactéries présentes dans les produits. Des échantillons sont prélevés et sont mis en culture sur des milieux contenant tous les nutriments nécessaires au développement des bactéries. Grâce à cela, il est possible de connaître la quantité de bactéries dans le produit. Il existe différents milieux de culture qui permettent de détecter, spécifiquement, les différentes familles de bactéries que l’on peut rencontrer dans les aliments (salmonelle, staphylocoque…).

La réalisation d’analyses microbiologiques par un laboratoire agréé est obligatoire, mais aucune fréquence n’est imposée par la réglementation.

Si ces résultats sont insatisfaisants, il faut essayer de déterminer la cause en fonction du critère qui a été dépassé. La présence de salmonelles, par exemple, peut être due à une mauvaise manipulation des œufs ou à une contamination par le personnel… Cela permet de mettre en place des actions correctives appropriées. Le professionnel doit donc se servir de ses résultats d’analyses pour évaluer le respect des bonnes pratiques d’hygiène et de fabrication dans l’entreprise et mettre en place les mesures nécessaires.

Ces analyses permettent aussi la détermination de la durée de vie des produits, ce qui est un véritable enjeu pour les professionnels. Elle correspond au laps de temps pendant lequel il est possible de conserver les produits sans que ces derniers ne deviennent préjudiciables à la santé et/ou subissent des altérations inacceptables.

Distinction entre DLC et DDM

DLC : Date Limite de Consommation DDM : Date de Durabilité Minimale
(terme qui a remplacé la Date Limite d’Utilisation Optimale DLUO) 
Il s’agit d’une date impérative au-delà de laquelle un aliment est susceptible de présenter un danger immédiat pour la santé humaine. Il s’agit d’une date indicative garantissant la qualité organoleptique du produit.
Quels produits sont concernés?
Les denrées très périssables qui doivent être stockées en froid positif telles que les viandes et charcuteries préemballées, les crèmes crues, les jus de fruits frais… Les produits congelés et surgelés, les conserves, les produits secs, les fromages…
Qui détermine cette date?
Soit le fabricant, soit la réglementation (ex : plats cuisinés) Soit le fabricant, soit la réglementation (ex : truites congelées)
Comment écrire cette date sur l’étiquette?
« A consommer jusqu’au… » suivie de l’indication du jour et du mois ou d’une référence à l’endroit où cette date figure sur l’étiquetage.

« A consommer de préférence avant le… » complétée par l’une des indications suivantes ou par une référence à l’endroit où cette indication figure sur l’étiquetage :

  • Jour et mois pour les produits d’une durabilité inférieure à 3 mois.
  • Mois et année pour les produits d’une durabilité comprise entre 3 et 18 mois.
  • Année pour les produits d’une durabilité supérieure à 18 mois.
En cas de dépassement de la date?
Le retrait d’un produit à DLC est impératif. Si une entreprise alimentaire détient ou vend des produits dont la DLC est dépassée cela peut engendrer un risque sanitaire et c’est considéré comme une infraction susceptible de poursuites judiciaires.

La DDM présente un caractère indicatif pour le consommateur. Le produit peut être consommé si cette date est dépassée ; seules ses caractéristiques organoleptiques (goût, odeur, texture…) ne seront plus garanties.
Il n’est pas interdit à une entreprise alimentaire de détenir et de vendre des produits dont la DDM est dépassée, à condition que le produit demeure de qualité loyale et marchande. Toutefois, le Guide des Bonnes Pratiques d’Hygiène (GBPH) préconise des délais à ne pas dépasser. Le professionnel qui vend ce produit sera responsable en cas de problème.

La date limite (DLC ou DDM) est accompagnée si nécessaire d’une indication des conditions de conservation et notamment de la température optimale de conservation du produit.

 Comment fixer la durée de vie d’un produit?

Les dates limites des produits, ainsi que leur condition de conservation, doivent être fixées par le fabricant. En effet, qu’il s’agisse de DLC ou de DDM, il n’y a pas de réglementation toute faite. Au mieux, si le secteur d’activité du fabricant est couvert par un Guide de Bonnes Pratiques d’Hygiène, ce dernier pourra s’en inspirer, mais c’est quand même à lui d’apporter la preuve que ses produits seront stables pendant la période définie.

Identifier les facteurs à considérer

Il existe des facteurs propres à chaque produit qui limitent sa durée de vie, ou qui aident à la prolonger. Les facteurs à prendre en compte de manière prioritaire sont :

  • la nature et la qualité des matières premières et ingrédients utilisés ainsi que leur mode de stockage
  • les caractéristiques du procédé de fabrication (description détaillée et identification des caractéristiques du procédé qui ont un impact sur la durée de vie microbiologique)
  • les caractères physico-chimiques et biologiques de l’aliment
  • les conditions de conservation (stockage, transport et distribution)

Il est donc important d’appliquer les bonnes pratiques d’hygiène tout au long de la manipulation des produits.

Choisir les outils les plus pertinents

Les études de durée de vie peuvent être réalisées de différentes manières ; il est dans tous les cas utile d’exploiter l’ensemble des informations disponibles, en particulier concernant :

  • Description de la denrée alimentaire et du procédé. Il s’agit d’une des étapes de la démarche HACCP (description de la denrée alimentaire et caractéristiques du procédé de fabrication, conditions de conservation).
  • Recensement des micro-organismes pris en compte pour la détermination de la durée de vie microbiologique des aliments sur la base par exemple des indications fournies par les Guides de Bonnes Pratiques d’Hygiène ou par la bibliographie (réglementation, fiches de dangers microbiologiques de l’Agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, documents des fédérations professionnelles…).
  • Informations fournies par la littérature scientifique ou les études menées sur des produits similaires ou avec les mêmes caractéristiques ayant une influence sur la durée de vie microbiologique.
  • Données historiques d’autocontrôles portant sur la durée de vie des aliments réalisés par le fabricant depuis la création du produit. L’exploitation et le suivi des résultats sont indispensables pour être utilisés dans le cadre des études de durée de vie microbiologique des denrées alimentaires.
  • Etudes complémentaires éventuelles : test de vieillissement…

Le test de vieillissement permet d’évaluer la croissance des bactéries dans les aliments conservés jusqu’à la DLC dans des conditions prévisibles, les plus proches possible des conditions de distribution des produits. Les produits sont ainsi conservés de 0 à 4°C durant le premier tiers de leur durée de vie puis basculés à une température de 8°C pendant le reste du temps.
Les tests de vieillissement doivent observer un protocole dont l’élaboration est normalisée (Norme NF V01-003).
Le produit est analysé à différentes étapes de sa vie : dès sa fabrication, à la fin de sa durée de vie estimée et à des étapes intermédiaires. Toutefois, bien que cela soit facultatif, il est possible d’allonger de dix pour cent la durée de conservation des produits afin de simuler des erreurs de dates que peut faire le consommateur.

Pour les denrées non préemballées, une DLC validée microbiologiquement n’est pas obligatoire d’un point de vue réglementaire. Néanmoins, en cas de problème, le professionnel en est responsable. C’est pourquoi il faut connaître la durée de vie de tous vos produits. Pensez à vous référer aux dates proposées par le Guide de Bonnes Pratiques d’Hygiène.

En conclusion, il est nécessaire de vous appuyer sur les données que vous pouvez trouver notamment dans les Guides de Bonnes Pratiques d’Hygiène ou sur l’historique que vous avez sur le produit pour estimer sa durée de vie et faire appel à un laboratoire d’analyses afin qu’il vous accompagne dans cette démarche.

Il est indispensable que vous conserviez tous les documents vous permettant de justifier la durée de vie de vos produits.

Tous les dossiers techniques « Réglementation/Technologie »

Analyses microbiologiques et durée de vie des produits alimentaires

Analyses microbiologiques et durée de vie des produits alimentaires

D’un point de vue réglementaire, l’exploitant est dans l’obligation de réaliser des analyses microbiologiques et de respecter les critères microbiologiques définis par les textes. Ces analyses permettent aussi la détermination de la durée de vie des produits, ce qui est un véritable enjeu pour les professionnels. Quelle est la différence entre une DLC et une DDM? Comment fixer la durée de vie d'un produit?
Voir ce dossier

Covid 19 : les artisans de l’alimentaire éligibles à l’activité partielle

Covid 19 : les artisans de l’alimentaire éligibles à l’activité partielle

En cas de difficultés (effectif réduit, baisse de fréquentation…), les artisans de l’alimentaire peuvent aussi recourir au dispositif d’activité partielle ! Dans ce contexte de crise sanitaire inédite, le recours à l’activité partielle se révèle être un outil important pour préserver l’emploi. Explications et démarches à effectuer
Voir ce dossier

Fluides frigorigènes, attention à la réglementation!

Fluides frigorigènes, attention à la réglementation!

Artisans : des solutions pour réduire vos pertes alimentaires !

Artisans : des solutions pour réduire vos pertes alimentaires !

Le réseau des Chambres de Métiers et de l'Artisanat met en place des outils afin d'aider les artisans à passer à l’action dans leur démarche de réduction des pertes alimentaires.
Voir ce dossier

Réforme de l’assurance chômage : ce qui va changer pour les artisans

Réforme de l’assurance chômage : ce qui va changer pour les artisans

Découvrez les principaux changements de l'assurance chômage qui peuvent concerner les artisans.
Voir ce dossier

Artisans : vous devez proposer un médiateur de la consommation à vos clients

Artisans : vous devez proposer un médiateur de la consommation à vos clients

Quelle que soit la taille de votre entreprise, vous devez permettre à tout consommateur l’accès à un dispositif de médiation de la consommation en vue de la résolution amiable d’éventuels litiges.
Voir ce dossier

Cash back : retirer de l’argent chez un artisan commerçant est désormais possible !

Cash back : retirer de l’argent chez un artisan commerçant est désormais possible !

Le cash back arrive en France, dans les commerces de proximité. Artisans commerçants, vous pouvez ainsi délivrer de l’argent en liquide à vos clients quand ils paient par carte bancaire ! Mais concrètement, qu’est-ce que le cash back ? Quels bénéfices pour vous ? Quelle réglementation ?
Voir ce dossier

Tout savoir sur la loi agriculture et alimentation

Tout savoir sur la loi agriculture et alimentation

la loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et une alimentation saine et durable a été promulguée le 1er novembre 2018. Quels sont ses objectifs et que contient-elle concrètement ?
Voir ce dossier

Les alcools utilisés dans vos préparations exonérés de droit

Les alcools utilisés dans vos préparations exonérés de droit

En tant que professionnels des métiers de bouche, vous pouvez être exonérés de taxes sur celui-ci (droits d’accises et vignette sécurité sociale).
Voir ce dossier

Acrylamide : une nouvelle réglementation

Acrylamide : une nouvelle réglementation

L’acrylamide dans les aliments représente une préoccupation de santé publique. Le règlement européen 2017/2158 du 20 novembre 2017 est entré en application le 11 avril 2018. Il impose aux exploitants du secteur alimentaire la mise en œuvre de mesures de réduction de la présence d’acrylamide, proportionnées à la taille et à la nature de leur établissement, et définit des valeurs de référence pour vérifier l’efficacité des mesures mises en œuvre.
Voir ce dossier

MAVImplant : un outil gratuit d’aide à la conception des lieux de travail

MAVImplant : un outil gratuit d’aide à la conception des lieux de travail

Logiciels de caisse : respectez-vous la réglementation?

Logiciels de caisse : respectez-vous la réglementation?

Depuis le 1er janvier 2018, les commerçants et autres professionnels assujettis à la TVA ont l’obligation d'enregistrer les paiements de leurs clients au moyen d'un logiciel de comptabilité ou d'un système de caisse sécurisés et certifiés.
Voir ce dossier

Conditionnement sous vide ou sous atmosphère modifiée

Conditionnement sous vide ou sous atmosphère modifiée

Le procédé de conservation sous vide est un outil précieux et il constitue une aide indispensable pour les professionnels. Pratique, il nécessite cependant quelques connaissances et un minimum de technique.
Voir ce dossier

congélation/décongélation

congélation/décongélation

Du gaspillage alimentaire à tous les étages !

Du gaspillage alimentaire à tous les étages !

Au total, ce sont 10 millions de tonnes de produits qui sont perdus et gaspillés pour l’alimentation humaine par an en France soit 16 milliards d’euros ! Etat des lieux des pertes et gaspillages alimentaires à chaque étape de la chaîne alimentaire.
Voir ce dossier

Tout savoir sur l’interdiction des sacs plastique à usage unique !

Tout savoir sur l’interdiction des sacs plastique à usage unique !

Le décret mettant fin aux sacs plastique jetables a été publié au journal officiel du 31 mars 2016. Les sacs plastique à usage unique seront donc interdits aux caisses à compter du 1er juillet 2016.
Voir ce dossier

Licence d’un restaurant et débit de boissons

Licence d’un restaurant et débit de boissons

Les biodéchets

Les biodéchets

Impression 3D : futur de l’alimentation ?

Impression 3D : futur de l’alimentation ?

Les prouesses de l’impression 3D ne cessent de séduire l’industrie et l’agroalimentaire ne fait pas exception. L'impression culinaire ou alimentaire, qui semble souvent sortie tout droit d'un film de science-fiction, fait beaucoup parler. L’étendue des possibles est hallucinante!
Voir ce dossier

Accessibilité des commerces

Accessibilité des commerces

La loi du 11 février 2005 proposait de rendre la société accessible à tous, dans un délai de10 ans. Un programme ambitieux mais indispensable qui vise à répondre aux besoins des personnes en fauteuil roulant, mais aussi de ceux de toutes les personnes en situation de déficience : physique, visuelle, auditive, mentale, cognitive… Au vu de l’ampleur du retard pris par les commerces et les administrations dans la mise en place de la réglementation accessibilité, le gouvernement a proposé de décal
Voir ce dossier

Sécurité sanitaire : les démarches réglementaires

Sécurité sanitaire : les démarches réglementaires

Déclaration des allergènes

Déclaration des allergènes

Informer les consommateurs sur les denrées alimentaires (réglement INCO)

Informer les consommateurs sur les denrées alimentaires (réglement INCO)

La traçabilité alimentaire

La traçabilité alimentaire

Je réponds à une commande publique

Je réponds à une commande publique

Le cahier des charges pour les produits de boulangerie

Le cahier des charges pour les produits de boulangerie

Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS)

Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS)

Contrôle des balances

Contrôle des balances

Santé et sécurité au travail : les vérifications périodiques obligatoires

Santé et sécurité au travail : les vérifications périodiques obligatoires

Hausse de la TVA depuis le 1er janvier 2014

Hausse de la TVA depuis le 1er janvier 2014

Prévention des risques professionnels : le document unique

Prévention des risques professionnels : le document unique

Obligation de formation à l’hygiène pour les restaurants commerciaux

Obligation de formation à l’hygiène pour les restaurants commerciaux

Un guide pour les livraisons de repas à domicile chez les personnes âgées

Un guide pour les livraisons de repas à domicile chez les personnes âgées

La mention « fait maison »

La mention « fait maison »

Donner aux associations d’aide alimentaire

Donner aux associations d’aide alimentaire

Réduction du gaspillage alimentaire

Réduction du gaspillage alimentaire

Retrait des MRS : réglementation

Retrait des MRS : réglementation